Ressources Génétiques Forestières

 

Lorsque l’on parle de Ressources Génétiques Forestières (RGF), il est question du patrimoine génétique des arbres forestiers, et de leur diversité génétique, non seulement entre espèces, mais également au sein même de chaque espèce, entre différents peuplements et même entre individus.

C’est cette diversité qui, par exemple, explique que certains arbres vont mieux se développer et/ou survivre avec moins d’eau ou des températures plus élevées par rapport à d’autres individus de la même espèce.

Les espèces concernées par le programme de conservation des RGF peuvent être des espèces rares ou disséminées, mais ce sont aussi souvent des espèces courantes, présentant un intérêt écologique ou économique, dont la diversité génétique est menacée par une raréfaction des habitats spécifiques, par des effets du changement climatique ou des parasites émergents, par une sur-exploitation, par des pratiques de gestion inadaptées, ou par toute combinaison de ces différentes menaces.

La plupart du temps, la diversité génétique entre espèces saute aux yeux : on reconnaît les espèces en les observant. La diversité génétique au sein des espèces (intraspécifique) est aussi très importante: ainsi, certaines espèces se retrouvent depuis les régions boréales jusqu’aux régions Méditerranéennes avec une grande diversité génétique adaptative entre ces différentes origines géographiques. Elle peut être visible, par la présence de caractéristiques morphologiques différentes (exemple : forme des feuilles, des fruits, etc.), ou invisible à l’œil nu et nécessiter une analyse approfondie  (exemple : différence de taille des arbres, des feuilles, impact sur la physiologie de l’organisme). 

C’est la diversité génétique qui donne leurs multiples valeurs aux RGF: valeurs écologiques pour le bon fonctionnement des écosystèmes forestiers et leur biodiversité, valeurs économiques tirées directement ou indirectement du fonctionnement de l’écosystème, valeurs patrimoniales liées aux spécificités locales des RGF, valeurs d’option pour l’adaptation à des conditions futures incertaines, etc.

 

Au fil des générations d’arbres, les caractéristiques génétiques des forêts se trouvent modifiées par des mécanismes naturels (mutations, sélection naturelle, dispersion de pollen ou de graines venant d’autres populations, hybridation naturelle entre espèces, etc.), par des interventions humaines directes (sélection, sylviculture, croisements contrôlés, transplantations), par des effets indirects de pratiques humaines (changement climatique, changement d’usage des sols, transports mondialisés, etc.), par la combinaison de ces mécanismes naturels et anthropiques. Ainsi, la diversité génétique au sein des espèces est en perpétuelle évolution.